Top Panel
mercredi, 16 October 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

messages

S'abonner

Recevoir captcha  Conditions d'utilisation

WhatsHelp Chat Button

A+ R A-
  • Devarim - Deutéronome

    La parasha dans un contexte messianique

  • Téléchargement libre en PDF

    Fêtes, analogie de la foi, cours, initiation à l'hébreu

  • Connectez-vous

    Inscription ou connection à tout moment

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

La parasha messianique pour les nuls

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi

Custom Facebook Display

Semaine 28-03-2014

  • Catégorie parente: Prayerteam
  • Catégorie : Intercession
  • Mis à jour : vendredi 28 March 2014 22:18
  • Publication : vendredi 28 March 2014 00:00
  • Écrit par Franck Courbet
  • Affichages : 682
  • 28 Mar
Personne à contacter: 0

Shalom à toutes et à tous. Voici la liste de sujets de prière pour Israël pour la semaine du 28 mars 2014. 

Que le Seigneur vous bénisse richement dans la prière

L'équipe d'intercession de BethYeshoua

"Je les amènerai sur ma montagne sainte, et je les réjouirai dans ma maison de prière ;
Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel ; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples." (Esaïe 56:7)

Sujets de prières du 28 mars 2014

Abbas et la Ligue arabe refusent un Etat "juif"

L'Autorité palestinienne menace de faire appel à l'Onu pour la libération du dernier contingent de prisonniers

 

Le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dans son discours au sommet de la Ligue arabe au Koweït mardi après-midi, a annoncé son refus catégorique de reconnaître Israël comme l'Etat juif. 

"Nous ne sommes pas disposés à discuter de la reconnaissance d'Israël comme Etat juif", a déclaré Abbas, et d'ajouter : "Les colonies sont une campagne systématique visant à effacer l'histoire et l'identité de Jérusalem". Il a notamment remercié John Kerry pour sa gestion des pourparlers. 

Plus tôt mardi, les dirigeants des pays arabes disaient s'orienter vers "un refus catégorique" d'un Etat juif, condition posée par Israël pour parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens. 

Selon le projet de résolution finale du sommet, dont l'AFP a obtenu une copie, les chefs d'Etats arabes devaient proclamer leur "refus absolu et catégorique de reconnaître Israël comme un Etat juif" et leur "rejet de toutes les pressions exercées à cet effet sur la direction palestinienne", en allusion à l'administration américaine qui tente d'assurer la poursuite des négociations de paix. 

Mahmoud Abbas, qui a été reçu la semaine dernière à la Maison blanche, a rencontré lundi soir les ministres des Affaires étrangères des 22 membres de la Ligue arabe, présents à Koweït, pour les informer des résultats de ses entretiens avec le président Barack Obama, selon des participants.

Le chef de la Maison blanche avait appelé Abbas à prendre des "risques" pour la paix, deux semaines après avoir exhorté le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à prendre des décisions "difficiles", afin de débloquer le processus avec Israël, à un mois et demi d'une échéance cruciale. 

Les dirigeants palestiniens avaient exprimé de très fortes réserves sur les propositions américaines, auxquelles ils reprochent de trop s'éloigner du droit international. Ils ont également refusé la "reconnaissance d'Israël comme Etat juif" et le maintien illimité de troupes israéliennes en Cisjordanie, deux exigences de Netanyahou qu'ils jugent "exorbitantes". 

Les négociations de paix, qui ont repris en juillet 2013 après trois ans de suspension sont dans l'impasse. Elles sont censées déboucher d'ici au 29 avril sur un "accord-cadre" traçant les grandes lignes d'un règlement définitif sur les questions les plus sensibles: les frontières, les implantations la sécurité, le statut de Jérusalem et les réfugiés.

 

Les menaces palestiniennes d'un recours à l'Onu

 

De plus, sur la question des prisonniers, sujet brûlant dans les négociations ces dernières semaines, des dirigeants de l'Autorité palestinienne ont menacé de relancer les démarches d'adhésion aux organisations internationales, y compris les juridictions à compétence mondiale, si Israël revenait sur la libération d'un contingent de prisonniers palestiniens à la fin du mois. 

Mahmoud Abbas s'est engagé en juillet à suspendre pendant les neuf mois de négociations de paix toute démarche d'adhésion aux organisations internationales, comme le statut de la Palestine à l'ONU depuis Lévitique 29 novembre 2012 lui en donne le droit, en échange de la libération de 104 Palestiniens incarcérés dans les prisons israéliennes avant les accords de paix d'Oslo.

"Nous nous tournerons vers les organisations internationales de l'ONU si Israël ne relâche pas le quatrième et dernier groupe de prisonniers détenus depuis avant les accords d'Oslo en 1993", a déclaré le secrétaire général du Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Yasser Abed Rabbo.

"La libération des prisonniers est une contrepartie au gel des démarches d'adhésion aux organisations internationales", a rappelé M. Abed Rabbo sur la radio officielle "Voix de la Palestine", affirmant qu'il n'y avait "aucun lien entre la libération des prisonniers et la poursuite des négociations".

La libération du quatrième et dernier contingent de 26 prisonniers, prévue à la fin du mois, suscite le débat en Israël, plusieurs ministres du gouvernement de Benyamin Netanyahou en contestant l'intérêt, compte tenu de la dégradation du climat entre les deux parties, à l'approche de l'échéance des pourparlers Lévitique 29 avril. 

"Si Israël refusait de libérer le quatrième contingent de prisonniers, cela aurait de graves conséquences, y compris des démarches auprès des Nations unies", a prévenu dans un communiqué l'ancien numéro 2 de la délégation palestinienne, Mohammad Chtayyeh, qui a démissionné en novembre. 

Le contentieux porte également sur la liste des prisonniers d'avant Oslo, parmi lesquels 14 appartenant à la minorité arabe israélienne, que le gouvernement Netanyahou est très réticent à relâcher, pour des motifs de souveraineté nationale bien qu'il y ait des précédents, notamment en 2011 lors de l'échange d'un millier de détenus contre le soldat Gilad Shalit. 

Un haut responsable palestinien a indiqué à l'AFP sous le couvert de l'anonymat qu'Abbas s'en était entretenu avec l'envoyé spécial américain Martin Indyk, prévenant qu'"en cas de retard de la date des libérations Lévitique 29 de ce mois, Israël serait en violation des ententes et il aurait le droit de se tourner vers l'ONU et de prendre toutes les mesures qu'il jugerait appropriées".

  • Prier pour la souveraineté de l’état juif vis à vis des autorités internationales et surtout vis à vis de la ligue Arabe
  • Prier pour le processus de paix mis en place par les hommes ! Que la volonté de D.ieu soit faite dans cet épineux dossier

Le Premier ministre turc Erdogan visitera peut-être Israël

Israël va permettre à la Turquie de construire un hôpital à Gaza en geste de bonne volonté envers Ankara

L'envoyé du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, David Meidan, a rencontré lundi le chef du renseignement turc pour discuter d'une possible visite du Premier ministre turc Tayyip Recep Erdogan en Israël, rapporte jeudi le quotidien turc Zaman.

Meidan et le turc Hakan Fidan, directeur de l'Organisation nationale du renseignement de la Turquie, auraient également discuté de la réouverture de leurs ambassades, après quatre ans de relations dégradées, ainsi que de questions relatives aux champs de gaz naturel en Méditerranée.

Selon un responsable qui a parlé à la Chaîne 2 israélienne, ils ne se seraient pas mis d'accord sur la réouverture de leurs ambassades respectives.

Cette annonce survient alors qu'Israël a annoncé jeudi qu'il va permettre à la Turquie d'envoyer 570 camions dans la bande de Gaza contenant du matériel et de l'équipement de construction afin de compléter la construction d'un hôpital palestinien.

La décision, rapportée par le quotidien Haaretz et confirmée par des sources officielles, est un geste de bonne volonté à l'avance de la signature prévue d'un accord de réconciliation entre Israël et la Turquie le mois prochain.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a approuvé la liste des produits présentés par les Turcs, qui comprend de l'équipement médical et de communication.

La Turquie a commencé la construction de l'hôpital, situé au sud de la ville de Gaza, en 2011 sur les ruines de l'une des implantations qu'Israël a abandonné quand il s'est retiré de Gaza en 2005.

Une grande partie du matériel de construction a été introduit en contrebande dans la bande de Gaza par des tunnels sous la frontière avec l'Egypte, étant donné le blocus israélien imposée à l'enclave contrôlée par le Hamas depuis 2007.

L'hôpital, qui comptera 150 lits, sera le plus grand dans l'enclave et servira 1,8 million d'habitants. Il y a un an, Israël a approuvé l'entrée d'équipes médicales turques et des matériaux de construction, mais l'autorisation a été annulée après qu'Israël a découvert un tunnel creusé par le Hamas en Israël.

En janvier, Israël a permis l'entrée de certains matériaux de construction à Gaza, la plupart du temps pour des projets de l'agence de l'ONU responsable des réfugiés palestiniens (UNRWA).

La décision d'Israël a été motivée par deux considérations: le désir d'améliorer les liens avec la Turquie et la situation économique désastreuse à Gaza depuis que l'Egypte détruit les tunnels de contrebande et bloqué les lignes de ravitaillement vitales à l'enclave.

Plus tôt cette semaine, le vice-Premier ministre turc Bülent Arınç a confié au quotidien Hürriyet qu'un accord d'indemnisation mettant fin à l'incident de la flottille du Mavi Marmara pourrait être signé entre Israël et la Turquie la semaine prochaine après les élections municipales turques.

Selon Arinç, Israël aurait accepté les termes de l'accord et ce serait maintenant au Parlement turc de l'entériner. 

Arinç a ajouté que la signature de l'accord permettra aux deux pays de normaliser leurs relations bilatérales et d'assurer le retour de leurs ambassadeurs respectifs.

Il y a un an Israël avait présenté ses excuses, mais le différend subsistait quant au montant des indemnités. Au cours des douze derniers mois, des diplomates turcs et israéliens se sont rencontrés à quatre reprises en vue de trouver un compromis.

En mai 2010, une flottille tentait de briser le blocus israélien contre Gaza, instauré en raison du rapt par le Hamas du soldat Guilad Shalit.

Après avoir été mis en garde à plusieurs reprises par l'armée israélienne de ne poursuivre son cap en direction de Gaza, le principal navire de la flottille, la Mavi Marmara, avait été pris d'assaut par les commandos de marine israéliens. Au cours de l'abordage, 9 citoyens turcs avaient été tués.

  • Prier pour les relations diplomatiques entre Israël et la Turquie.
  • Prier pour les relations diplomatiques d’Israël dans le monde.
  • Prier pour la protection des délégations diplomatiques israéliennes.

Les Rolling Stones pressés d'annuler en Israël

 

La campagne de boycott se poursuit également sur les campus universitaires, notamment aux USA et en GB 

Les Rolling Stones ont annoncé mardi qu'ils donneraient un concert en Israël en juin, mais des militants pro-palestiniens ont aussitôt demandé aux rock-stars britanniques de revenir sur cette décision, estimant qu'elle revenait à jouer en Afrique du Sud du temps de l'apartheid.

Une porte-parole du groupe a indiqué que le groupe se produirait Lévitique 4 juin dans le parc Hayarkon de Tel-Aviv, dans le cadre d'une tournée européenne. 

Mais une porte-parole du mouvement de "Boycott, désinvestissement, sanctions" (BDS), Rafif Ziadah, a rappelé que les Rolling Stones avaient critiqué l'apartheid en Afrique du Sud, estimant qu'Israël pratiquait aussi une politique de ségrégation. 

"Les organisations palestiniennes exhortent les Rolling Stones à ne pas jouer dans l'Israël de l'apartheid et à ne pas fermer les yeux sur (ses) violations du droit international et des droits de l'Homme contre le peuple palestinien", a déclaré la porte-parole. 

Après des mois de rumeurs sur cette première visite du groupe en Israël, les médias locaux ont en revanche jubilé après l'annonce de la date du concert. 

"C'est une visite historique et significative", a insisté M. Weiss, cité par le Jerusalem Post. "De nos jours, quand on entend des appels au boycott de partout dans le monde, ce n'est pas gagné qu'un groupe de cette envergure vienne en Israël", a-t-il ajouté."C'est officiel ! Les Rolling Stones viennent à Tel-Aviv", se félicitait sur son site Haaretz, affirmant que l'organisateur du concert en Israël Shuki Weiss avait garanti au groupe 6,7 millions de dollars (4,9 millions d'euros) pour un soir de concert. 

Selon le journal, M. Weiss tente de faire venir le groupe depuis 1988. "Les plus longues négociations que j'ai jamais eues aboutissent enfin", a indiqué l'organisateur. 

L'annonce de la venue des Rolling Stones en Israël intervient après que le groupe eut annulé la semaine dernière leur tournée prévue en Australie et en Nouvelle-Zélande à la suite du suicide de la compagne de Mick Jagger. 

Boycott dans les universités

Par ailleurs, le syndicat étudiant du King's College de Londres a adopté une motion mardi pour soutenir la campagne BDS contre les produits, entreprises et institutions israéliens" qui tirent profit ou qui sont impliqués dans la violation des droits des Palestiniens".

La motion stipule que l'appel à des sanctions vise à "demander à la communauté internationale de reconnaître les violations par Israël du droit international et à agir en conséquence comme ils le font pour d'autres Etats membres de l'Organisation des Nations Unies". 

Aux États-Unis, une résolution de désinvestissement en Israël a été adoptée une seconde fois par l'association étudiante de l'Université Loyola de Chicago mardi, tandis que l'association étudiante de l'Université du Michigan a voté contre une résolution semblable.

Le Washington Free Beacon a indiqué qu'un étudiant pro-israélien a reçu des menaces de mort et que d'autres auraient été appelé "sales juifs" par les partisans du BDS à l'université.

"L'atmosphère d'intimidation et de violence pourrait rendre l'Université du Michigan vulnérable à une action en justice et de vengeance politique à l'échelle nationale, selon plusieurs sources à Washington DC et ailleurs qui surveillent la situation", écrit le site d'information.

Un nombre croissant d'entreprises et de gouvernements étrangers ont indiqué qu'ils ne commerceraient pas avec des sociétés israéliennes ayant des liens avec les implantations juives dans les territoires.

  • Prier pour cesser définitivement les boycotts vis à vis d’Israël, des universités juives et toutes les entreprises israéliennes dans le monde.
  • Prier pour une augmentation des exportations israéliennes dans le monde.
  • Prier pour une augmentation des investissements en Israël.

Video : Le Fatah d'Abbas appelle à une reprise du terrorisme contre Israël !

 

Un haut responsable du Fatah de l'autorité palestinienne de Mahmoud Abbas s'est exprimé lundi dernier lors d'une cérémonie télévisée en l'honneur du dictateur Abbas, où il a déclaré que le Fatah est sur le point de quitter les pourparlers de paix et de revenir au terrorisme. Tawfiq Tirawi, membre du comité central du Fatah, a déclaré lors de la cérémonie à Jéricho que "nous, dans ce mouvement, n'avons pas laissé tomber le fusil et nous n'avons pas lâcher le fusil. Le fusil est ici !"...Video...

Sur les "pourparlers de paix en cours, Tirawi a remarqué qu'ils ne sont "qu'une des méthodes de lutte. Mais le fusil est ici, et il peut tirer à tout moment." Ces commentaires, faits sur la chaîne de télévision officielle de l'autorité palestinienne, ont été traduits par Palestinian Media Watch.

Ce thème a également été vu dans un dessin animé posté sur la page Facebook officielle du Fatah il y a deux semaines, qui montrait un petit garçon tirant la main d'un homme portant un fusil, vêtu d'un uniforme militaire et un keffieh. L'enfant dit : "vous nous avez manqué, revenez." 

Les appels de Tirawi pour "la révolution jusqu'à la victoire" par la violence armée et le terrorisme est la dernière d'une série de rhétoriques de plus en plus violentes du parti d'Abbas. Tirawi a appelé en janvier à "un soulèvement violent" contre Israël, exhortant au terrorisme contre l'état juif.

Pendant ce temps, Abbas Zaki, également membre du comité central du Fatah, a noté en février que son parti "n'a pas exclu les options militaires (terrorisme)." Il a ajouté : "nous n'avons pas oublié nos principes et nos objectifs… nous adhérons à l'ensemble de notre héritage de lutte (terrorisme), de sorte que nous puissions y revenir au bon moment." 

En ce qui concerne les commentaires de Tirawi disant que les "pourparlers de paix" en cours sont une "méthode de lutte", Zaki a fait remarquer dans une autre interview en février que l'accord négocié par les Etats-Unis ne serait que "la première étape" dans l'éradication de tout Israël.

Ces remarques explicites n'empêchent pas les occidentaux de voir ces "pourparlers" avec un regard bienheureux et idiot, à la manière d'une Chamberlain, ni Israël de continuer à discuter avec une bande de terroristes génocidaires qu'on ferait mieux d'éliminer ou d'enfermer. 

  • Prier pour la protection des populations juives en Israël.
  • Prier pour la sécurisation des frontières israéliennes.
  • Prier pour stopper les attentats dans le pays.
  • Prier pour la protection de Tsahal et des installations militaires.

 

 L’église et Israël

 

  • Prier pour les relations entre l’Eglise et Israël
  • Prier pour que l’Eglise puisse se trouver au côté du grand frère « Israël » 
  • Prier pour la paix de Yeroushalaïm
  • Prier afin de lier les esprits d'aveuglement du peuple qui l'empêche de voir le Mashiah en Yeshoua
  • Prier afin de délier la population juive et les religieux de ces esprits de religiosité les empêchant de croire en Yeshoua, de suivre la volonté de Dieu et de comprendre les Ecritures
  • Prier que Dieu lève une armée spirituelle pour son peuple : 
  • des intercesseurs engagés dans la prière de supplication 
  • des combattants engagés dans le combat spirituel 
  • des consolateurs engagés dans la prière de miséricorde afin de réparer les brèches occasionnées par les coups de l’ennemi
  • des sentinelles pour voir au loin les projets de l’adversaire
  • Prier pour que se forment des groupes/cellules de maison/assemblées messianiques afin que celles et ceux qui cherchent une assemblée ou un groupe messianique puissent rester fidèle pour rester attaché au Seigneur sur base de la saine doctrine 
  • Prier pour le petit groupe de Lyon qui se retrouve 1x par mois.
  • Prier pour tous les petits groupes existants qui ont besoin de nourriture et aussi de direction de Dieu
  • Prier pour le pays (Belgique, France, etc.) et les autorités - « Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien. » (Jérémie 29:7) – « 1 J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, 2 pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.  » (1 Timothée 2:1-2)
  • Prier pour que Dieu fasse lever et former des serviteurs de Dieu dans la « vigne messianique » : en Israël, en Belgique, en France, au Canada 
  • Prier pour tous les pasteurs qui prennent contact avec l’assemblée
  • Prier pour l’assemblée baptiste de Haine-St-Pierre (pasteur Herremann)  

 

«  Maintenant, que Pharaon choisisse un homme intelligent et sage, et qu’il le mette à la tête du pays d’Egypte. 34  Que Pharaon établisse des commissaires sur le pays, pour lever un cinquième des récoltes de l’Egypte pendant les sept années d’abondance. » (Genèse 41:33-34)

Qui est en ligne ?

Nous avons 529 invités et aucun membre en ligne