Top Panel
lundi, 14 October 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

WhatsHelp Chat Button

A+ R A-
  • Devarim - Deutéronome

    La parasha dans un contexte messianique

  • Téléchargement libre en PDF

    Fêtes, analogie de la foi, cours, initiation à l'hébreu

  • Connectez-vous

    Inscription ou connection à tout moment

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

La parasha messianique pour les nuls

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi

Custom Facebook Display

Semaine 23 au 30 août 2013

  • Catégorie parente: Prayerteam
  • Catégorie : Intercession
  • Mis à jour : vendredi 23 August 2013 14:57
  • Publication : vendredi 23 August 2013 00:00
  • Écrit par Franck Courbet
  • Affichages : 896
  • 23 Aoû
Personne à contacter: 0

Shabbat Shalom à toutes et à tous. Voici notre nouvelle liste de sujets de prière pour Israël. 

Que le Seigneur vous bénisse richement

L'équipe d'intercession de BethYeshoua

"Je les amènerai sur ma montagne sainte, et je les réjouirai dans ma maison de prière ;
Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel ; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples." (Esaïe 56:7)

 Sujets de prières du 23 au 30 août 2013

REPRISES DES POURPARLERS DE PAIX
 
Tzipi Livni : les prochains pourparlers pourraient aboutir à des "décisions dramatiques"
 
Les négociateurs israéliens et palestiniens ont tenu mardi de nouvelles discussions à Jérusalem dans le cadre des négociations de paix relancées récemment après un gel de trois ans, a indiqué un haut responsable palestinien.
 
 
 
« Une rencontre a eu lieu aujourd'hui (mardi) entre les délégations dirigées, du côté palestinien par Saëb Erakat et Mohammad Shtayyeh, et par Tzipi Livni et Yitzhak Molcho du côté israélien », a affirmé ce responsable, qui a requis l'anonymat, à l'issue de ce nouveau round de pourparlers dont la tenue avait été gardée secrète.
 
Une nouvelle rencontre doit avoir lieu mardi soir à l'hôtel King David de Jérusalem, a ajouté ce responsable.
 
Selon lui le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé les Etats-Unis à exercer des pressions sur Israël, lors d'une rencontre lundi avec l'émissaire américain pour les négociations Martin Indyk à Ramallah, en Cisjordanie.
 
Les négociateurs israéliens ont pour leur part insisté pour que la rencontre de mardi se fasse sans implication américaine, a-t-on ajouté de sources palestiniennes.
 
Durant cette réunion, les négociateurs devraient se concentrer sur "la manière de commencer à discuter des frontières et des questions de sécurité". Le dossier des frontières porte sur les questions de Jérusalem-est, des implantations de Cisjordanie, et la vallée du Jourdain.
 
Après la rencontre de mardi soir, les négociations devraient reprendre la semaine prochaine à Jéricho en Cisjordanie, mais aucune date précise n'a pour le moment été fixée.
 
Selon Tzipi Livni interrogée mardi par la radio publique Kol Israël, "des décisions dramatiques" pourraient être prises afin d'aboutir à un accord final avec les Palestiniens. Livni a ajouté que les pourparlers seront menés à l'écart des médias afin d'instaurer un climat de confiance entre Israël et l'Autorité palestinienne. La ministre de la Justice a également souligné que des membres de l'aile dure de la coalition Netanyahou rendent son travail très difficile.
 
Le précédent round de discussions s'était déroulé Lévitique 14 août, également à Jérusalem, et avec les mêmes négociateurs.
 
La veille, Israël avait libéré 26 prisonniers palestiniens condamnés à de longues peines, sur un total de 104 détenus qui doivent être relâchés au cours des neuf mois de négociations prévus.
 
La reprise des négociations de paix est le fruit d'intenses efforts du secrétaire d’État américain John Kerry, qui avait réuni les deux parties pour une première rencontre à Washington Lévitique 30 janvier.
 
  • Prier pour le processus de paix remis en place depuis quelques semaines; que la volonté du Père soit faite pour Israël et la région
  • Prier pour que « Jérusalem reste à sa place à Jérusalem »
  • Prier pour les points cruciaux de ce nouveau processus de paix
  • Prier pour les négociateurs mis en place et les sujets posant problèmes pour la souveraineté et la sécurité d’Israël
 
 
SCANDALES EN SÉRIE POUR LES PRÉTENDANTS AU POSTE DE GOUVERNEUR DE LA BANQUE D'ISRAËL
 
Le feuilleton se poursuit; l'ex femme de Blejer impliquée dans le scandale DSK
 
 
 
Mario Blejer, le nouveau candidat potentiel du Premier ministre Benyamin Netanyahou au poste de gouverneur de la Banque d'Israël, risque également de se retrouver dans une tourmente médiatique.
 
Après la défection coup sur coup des deux premiers candidats --Jacob Frenkel soupçonné de vol à l'étalage et Léo Leiderman raillé pour son goût pour l'astrologie et craignant d'être rattrapé par une affaire d'harcèlement sexuel--, l'Argentin Blejer risque de faire aussi les choux gras de la presse israélienne.
 
Son ex femme, la hongroise Piroska Nagym a eu une aventure avec le directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, il y a quelques années. M. Blejer était un haut fonctionnaire du FMI à l'époque, et sa seconde épouse Piroska Nagy était une subordonnée de M. Strauss-Kahn.
 
L'affaire avait reçu une couverture médiatique importante à l'époque. La promotion de l'économiste hongroise ayant été imputée à sa liaison avec le directeur général du FMI. Piroska Nagy avait été forcée de quitter le FMI suite à l'affaire. Elle était déjà séparée de M. Blejer, mais leur mariage n'a été dissout que plus tard.
 
Quelques années plus tard, Mario Blejer a confié à un journaliste avoir rencontré M. Strauss-Kahn et discuté de cette aventure avec sa femme. Dominique Strauss-Kahn s'était excusé et avait admis qu'il s'était mal comporté, a dit M. Blejer.
 
Strauss-Kahn a démissionné en tant que directeur général du FMI en mai 2011 après avoir été accusé d'avoir tenté de violer un membre du personnel du Sofitel de New-York.
 
  • Prier pour le gouvernement israélien et pour les hauts fonctionnaires mis en place en Israël
  • Prier pour une purification de la classe politique en Israël
 
 
LES ISLAMISTES SYRIENS SE RAPPROCHENT DE LA FRONTIÈRE ISRAÉLIENNE
 
Dans le même temps Israël a accueilli près de 120 blessés syriens.
 
Des rebelles islamistes ont participé à des combats contre les forces d'Assad à la frontière syro-israélienne, à seulement deux kilomètres de villages israéliens.
 
 
 
Des combats ont éclaté dans la ville de Breiqa, située sur la ligne de trêve de 1974 (fin de la guerre de kippour) entre la Syrie et Israël, près du premier village agricole israélien frontalier d'Alonei Habashan.
 
Dix-sept Syriens blessés dans les combats ont été évacués vers les hôpitaux israéliens. C'est à ce jour le plus grand nombre de Syriens à entrer en Israël en un week-end.
 
Pendant les combats de Breiqa, six obus de mortiers en provenance de Syrie ont été tirés sur Israël, sans faire ni blessés ni dommages. Israël a riposté en faisant feu sur un poste militaire syrien, d'où les mortiers avaient été tirés.
C'est la deuxième fois qu'Israël riposte avec un missile tamouze, missile anti-char à téléguidage thermique de 4ème génération. En mai dernier, Israël a frappé un poste de l'armée syrienne qui a tiré sur une patrouille de Tsahal, en jeep, le long de la frontière.
Les brigades Al-Furqan, une unité de l'armée syrienne libre combatant dans le Golan, a mis une vidéo sur You Tube dans laquelle elles se filment dans une opération contre les soldats du régime syrien, aidés par un bataillon djihadiste et le groupe salafiste Ahrar Al-Shaam.
 
Des rebelles syriens qui ciblent l'armée israélienne
 
Au mois de mars dernier, les membres du groupe Al-Furqan ont été filmés près de la frontière nord israélienne regardant et étudiant les patrouilles de Tsahal.
Plus tôt ce même mois, les forces rebelles syriennes ont capturé un bâtiment du renseignement militaire près de la frontière israélienne sur le plateau du Golan, dans la ville de Shajara à moins de huit kilomètres de la ligne de cessez-le feu syro-israélienne.
L'intention des combattants, djihadistes-salafistes-rebelles du plateau du Golan, envers Israël, reste méconnue. Peu d'indications ont, jusqu'ici, émané de ces forces de lutte, ouvertement islamistes.
 
Un porte-parole de la Brigade des martyrs d'Yarmouk, la milice qui a enlevé des casques bleus en poste à la frontière en mars et mai derniers, a déclaré au Times of Israel que ses combattants n'avaient "aucun problème avec Israël et que leur lutte se portait uniquement contre les forces de Bachar al-Assad."
Créé fin 2011 et dirigé par Hassan Aboud, le groupe salafiste Ahrar al-Sham (les hommes libres de la Syrie) est devenu la plus grande force de combat au sein du front islamique rebelle syrien.
 
Ahrar al-Sham a pris contrôle, avec le groupe Al-Nosra affilié à Al-Qaïda, de la ville de Raqqa dans le centre-nord de la Syrie début mars.
Contrairement à al-Nusra, cependant, Ahrar al-Sham n'a pas été placé sur la liste américaine des organisations terroristes.
 
Les blessés syriens affluent en Israël pour y être soignés
 
Dans le même temps, le nombre de civils syriens bléssés et soignés en Israël augmente chaque jour. Au cours des deux derniers jours, 17 civils sont arrivés dans les hopitaux israéliens proches de la frontière de la Syrie rejoindre la centaine de Syriens qui y sont déjà soignés.
L’Etat d’Israël a autorisé à 17 Syriens d’entrer dans le pays pour recevoir des soins médicaux après avoir été grièvement blessés de l’autre côté de la frontière; selon le site d'informations en ligne Times of Israel.
 
Depuis le mois de février, plus de 100 civils syriens ont été admis dans des hôpitaux israéliens pour recevoir des soins. Beaucoup de cas moins graves ont également été traités par les équipes médicales israéliennes dans un hôpital de campagne de Tsahal installé sur le plateau du Golan. Israël a déclaré qu'il offrirait des soins dans le cadre d’une aide humanitaire, tout en s'efforçant de rester en dehors de la guerre civile syrienne, qui a fait d'ores et déjà plus de 100.000 morts depuis mars 2011.
 
Ces six derniers mois la majorité des Syriens accueillis en Israël ont été traités au Centre médical Ziv à Safed ou au Centre médical de Galilée occidentale à Nahariya. Certains, dont trois des 17 bléssés de ce week-end, ont également été transportés à l'hôpital Poriya près de Tibériade.
L’un des patients traités à Poriya a affirmé à une chaine privée israélienne, avoir été blessé dans le village de Raqqa après s'être opposé aux forces de sécurité syriennes.
 
Israël et la Syrie sont officiellement en état de guerre puisqu’aucun accord de paix n’a jamais été signé entre eux. Pour autant le patient traité à Poriya a déclaré que les combattants de l'opposition sont au courant des soins médicaux à leur disposition en Israël.
Le Dr Yaakov Ferbstein, directeur de l’hôpital de Poriya, a déclaré dimanche soir que les patients syriens sous sa responsabilité reçoivent exactement le même traitement que les autres. "Cet hôpital ne fait aucune distinction quant à l’identité et l’origine des blessés. Nous donnons les meilleurs soins possibles à tous les patients blessés", a-t-il déclaré à Aroutz 10.
 
L'identité des Syriens traités en Israël est toutefois tenue secrète car ils risqueraient de subir des représailles à leur retour dans leur pays où leur famille pourraient être inquiétées.
 
Voir notre article sur le même sujet quand-les-medecins-israeliens-soignent-des-blesses-syriens
 
Israël: l'intelligence a créé une nouvelle unité pour lutter contre la menace islamiste venant du Sinaï

Israël ne peut pas uniquement compter sur l'Egypte pour la sécurité dans le Sinaï.

Les groupes terroristes se multiplient dans le Sinaï et les menaces d'attaques contre des soldats israéliens s'accroissent, selon de hauts responsables des services de renseignements cités par le quotidien Haaretz.

Quelque 15 groupes salafistes différents affiliés au mouvement djihadiste mondial et à Al-Qaida opèrent dans le Sinaï, dont 4 sont particulièrement actifs et tentent d'attaquer des soldats de l'armée israélienne le long de la frontière et et de tirer des roquettes sur Israël. Les services de renseignement interieur, le Shin Bet, estime le nombre de ces agents à plusieurs centaines alors que les services de l'armée évoquent quelques milliers d'activistes, rapporte le journal.

La majorité des activistes sont des Bédouins du Sinaï qui se sont radicalisés mais parmi eux figurent également des combattants étrangers en provenance d'Arabie saoudite, du Yémen et de la bande de Gaza, Les étrangers ont un rôle de motivation et d'inspiration mais l'infrastructure de base est composée de Bédouins du Sinaï.

Le journal cite les quatre groupes les plus actifs contre Israël: Ansar Bayt al-Maqdis, qui a tiré des roquettes sur Eilat à plusieurs reprises, et plus récemment la semaine dernière; Majlis Choura al-Mujahideen Fi Aknaf Bayt al-Maqdis, qui a tué un civil israélien travaillant sur la barrière frontalière en juin 2012, Al-Takfir wal-Hijra, qui a perpétré l'attaque d'août 2012 dans laquelle 16 policiers égyptiens ont été tués, et Jaish al-Islam, un groupe a commencé par le clan Dughmush de Gaza qui a été impliqué dans l'enlèvement du soldat Gilad Shalit, et qui a depuis étendu ses activités dans le Sinaï, où il a tenté sans succès de kidnapper des touristes israéliens.

Dans une analyse publiée le mois dernier sur le site i24news, un expert des services de renseignement Yossi Melman avait déjà évoqué les nouveaux défis de l'intelligence israélienne face à la menace des terrosites dans le Sinaï. soulignant que l'Etat hébreu ne peut pas compter uniquement sur la détermination des Egyptiens à combattre les menaces.L'arrivée de combattants islamistes étrangers dans le Sinai a fait de ce territoire une zone de quasi non droit qui a conduit les services israéliens à réorganiser leurs méthodes, avait-il écrit.

"Pendant des années, les services de renseignement se sont efforcés de s’assurer du respect des termes du traité d’une part, et d’autre part que l’Egypte ne lance pas une attaque surprise contre Israël comme en 1973. Toutefois, ces dernières années, l’armée a transféré la responsabilité de la gestion du Sinaï au Shin Bet, les services de sécurité intérieure d’Israël, chargés principalement de prévenir et empêcher les attaques terroristes. Ce changement reflète l’inquiétude d’Israël face à la montée de la menace terroriste venant du Sinaï, plutôt que d’une éventuelle menace de l’armée égyptienne", avait-il alors expliqué.

Une analyste reprise par Haaretz qui en citant des responsables de la sécurité soulignent que l'afflux d'agents du djihad mondial dans le Sinaï, a contraint les agences de renseignement israéliennes à se remettre en cause. Le journal explique ainsi que le Shin Bet est désormais responsable de contrecarrer les attaques le long de la frontière égyptienne, alors que les services de renseignements militaires rassemblent les informations.

Le Shin Bet a créé, toujours selon le quotidien, une nouvelle unité qui s'occupe uniquement de déjouer les attaques venant du Sinaï et dont les moyens sont équivalents si ce n'est supérieur à celle qui lutte contre les attaques venant de Cisjordanie.

La prolifération des groupes salafistes, affiliés au mouvement du djihad mondial, dans le Sinaï, date des trois à cinq dernières années. Les Bédouins du Sinaï étaient depuis des années relativement laïques, mais ils ont récemment fait l'objet d'un processus d'islamisation accéléré grâce notamment à Internet, aux sites web islamistes et aussi à l'arrivée d'imams étrangers. Un autre facteur est le retrait israélien de Gaza, en 2005 qui a permis un rapprochement avec le Sinaï et l'arrivée au pouvoir du Hamas en 2006.

Contrairement à ce que le Shin Bet et le renseignement militaire avaient prévu, après le désengagement, c'est Gaza qui a commencé à exporter la terreur dans le Sinaï, et non l'inverse. «Nous avons pensé que le Sinaï était la source de tous les maux de Gaza, mais il s'est avéré que c'était exactement le contraire», a déclaré un haut responsable du renseignement. "Les Egyptiens ont compris la situation beaucoup plus rapidement que nous."


En outre, au cours des deux dernières années, Gaza est devenue une base pour les salafistes de tout le monde arabe qui cherchent une formation militaire. Le haut fonctionnaire a déclaré que la plupart des camps d'entraînement sont exploités par Mumtaz Dughmush, le chef du Jaish al-Islam. Le groupe reçoit de l'argent de particuliers et d'organisations étrangères qui soutiennent le djihad mondial, et ses développements depuis plusieurs semaines. Ceux qui s'y entraînent vont ensuite au Sinaï, en Syrie, au Yémen et ailleurs.

Des sources de la Défense ont déclaré que la coordination d'Israël avec les services de sécurité égyptiens est bonne, mais un doute persiste sur la réelle volonté des Egyptiens à agir contre les salafistes du Sinaï qu'ils ont peur de confronter directement. Le haut fonctionnaire a indiqué que les Egyptiens se concentrent principalement sur l'infrastructure terroriste – détruire des tunnels à Gaza, découvrir des caches d'armes dans le Sinaï et contrecarrer la contrebande d'armes à travers le canal de Suez - plutôt que de prendre des mesures contre les terroristes eux-mêmes.

Mardi le département du contre-terrorisme du bureau du Premier ministre a émis un avertissement demandant aux citoyens israéliens présents dans le Sinai de rentrer faisant état de menaces "claires et en cours" pour leur sécurité.

  • Prier pour les frontières israéliennes, d’un côté il y a les attaques des terroristes depuis les frontières du Sinaï et de l’autre l’armée syrienne qui arrive doucement vers les frontières israéliennes.
  • Prier pour les militaires en poste pour garder les frontières du pays.
  • Prier pour les civils se trouvant au côté de ces frontières.
  • Prier pour stopper l’importation illégale d’armes depuis ces territoires vers Israël à des fins terroriste dans le pays.
 
 
Islamistes radicaux à Montréal : Québec presse Ottawa de prendre des mesures"

La ministre de l'Emploi, du Travail et de la Condition féminine, Agnès Maltais, a demandé mercredi au gouvernement fédéral canadien de prendre des mesures rapides concernant la venue de prédicateurs islamistes radicaux à Montréal

Au début du mois de septembre, quatre conférenciers venus d’Europe, dont un «diplômé en charia» sont attendus au Palais des Congrès, dans le cadre de conférences organisées par le «Collectif 1ndépendance» qui rassemblent des jeunes musulmans montréalais.

«Ces prédicateurs véhiculent des valeurs qui vont totalement à l'encontre des principes d'égalité entre les hommes et les femmes défendus au Québec.», souligne Agnès Maltais dans une lettre publique

À titre d’exemple, 

, que «la tenue vestimentaire si elle est attirante, si elle est provocante, elle peut attirer certains loups». «La femme ne doit pas être attirante», sauf à la maison pour son mari, ajoute-t-il quelques minutes plus tard.

Un autre conférencier, Farid Mounir, affirme quant à lui que les lectrices de bulletins de nouvelles à la télévision sont habillées de manière indécente. «On regarde les informations, on a des demoiselles qui sont presque toutes nues, on voit tout! Et personne ne baisse la tête.»

En octobre 2011, lors d’un cas semblable, l’Assemblée nationale du Québec avait voté à l’unanimité une motion exigeant que le gouvernement fédéral refuse l’entrée au Canada «à deux individus considérant leurs propos homophobes et leurs discours banalisant la violence envers les femmes».

«À cette occasion, l'Assemblée nationale affirmait que ces positions rétrogrades n'avaient pas leur place dans une société démocratique et vont à l'encontre des valeurs fondamentales de la société québécoise, soit l'égalité entre les hommes et les femmes et le respect de l'intégrité physique des personnes», rappelle la ministre.

Prier que Dieu donne la paix à nos frères et sœurs du Canada/Québec comme à nous aussi et que la volonté de Dieu s’accomplisse.
 
 
L’église et Israël
  • Prier pour les relations entre l’Eglise et Israël
  • Prier pour que l’Eglise puisse se trouver au côté du grand frère « Israël » 
  • Prier pour la paix de Yeroushalaïm
  • Prier afin de lier les esprits d'aveuglement du peuple qui l'empêche de voir le Mashiah en Yeshoua
  • Prier afin de délier la population juive et les religieux de ces esprits de religiosité les empêchant de suivre la volonté de Dieu et de comprendre les écritures
  • Prier que Dieu lève une armée spirituelle pour son peuple (pour des intercesseurs engagés dans la prière et le combat spirituel, des consolateurs, des sentinelles, des réparateurs de brèches et des combattants)
  • Prier pour celles et ceux qui cherchent une assemblée ou un groupe messianique fidèle pour rester attaché au Seigneur sur base du fondement des prophètes et des apôtres
  • Prier pour le petit groupe de Lyon qui se retrouve 1x par mois.
  • Prier pour tous les petits groupes qui ont besoin de nourriture et aussi de direction de Dieu
  • Prier pour le pays et les autorités - « Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien. » (Jérémie 29:7) – « 1 J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, 2  pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.  » (1 Timothée 2:1-2)
  • Prier pour que Dieu fasse lever et forme des serviteurs en Israël, en Belgique, en France, dans la vigne belge (leaders pasteurs évangéliques ou messianiques)
  • Prier pour tous les pasteurs qui prennent contact avec l’assemblée  « 33 Maintenant, que Pharaon choisisse un homme intelligent et sage, et qu’il le mette à la tête du pays d’Egypte. 34  Que Pharaon établisse des commissaires sur le pays, pour lever un cinquième des récoltes de l’Egypte pendant les sept années d’abondance. » (Genèse 41:33-34)

 

Qui est en ligne ?

Nous avons 687 invités et aucun membre en ligne